L'immobilier à La Crau
30 Mar

Impossible de vous expulser de votre logement en gestion locative à Salon-de-Provence avant le 31 mai !

Vous êtes locataire d’un appartement en gestion locative à Salon-de-Provence ? Pour lutter contre la pandémie de coronavirus, le gouvernement a prolongé de deux mois la trêve hivernale. Une décision qui saura apporter un certain soulagement dans l’esprit des milliers de locataires menacés d’être expulsés de leur logement. Et vous, vous êtes donc tranquille jusqu’au 31 mai ! Mais revenons sur le problème du mal-logement en France…

La dernière vague de l’Observatoire du Moral Immobilier de SeLoger, réalisée en collaboration avec la Fondation I Loge You du 3 au 27 février sur plus de 7000 porteurs de projets immobiliers en France (acheteurs, vendeurs, locataires, propriétaires bailleurs), s’est intéressée au mal-logement en France et les enseignements sont rassurants en cette période où la bienveillance et la citoyenneté sont de mise…

En fait, le problème du mal-logement est général. « C’est l’affaire de tous, professionnels comme particuliers, propriétaires comme locataires, vendeurs comme acheteurs », insiste Isabelle Larochette, Présidente et co-fondatrice de la Fondation I Loge You et de l’Agence Solidarité Logement. Laquelle ajoute que « c’est d’ailleurs du constat de la nécessité de fédérer les secteurs de l’Immobilier et de l’Habitat autour du problème du mal-logement afin d’y amener des solutions, avec l’aide de professionnels du secteur comme SeLoger, qu’est née la Fondation I Loge You, en 2013 ».

En France, le sort des mal-logés s’aggrave…
Si le mal-logement retient l’attention de l’ensemble des acteurs du marché immobilier, force est toutefois de constater que la situation des mal-logés ne s’améliore pas pour autant. Dans son 25e rapport sur « l’Etat du mal-logement en France » de janvier 2020, la Fondation Abbé Pierre indiquait, par exemple, que la production de HLM avait accusé une baisse en 2018, mais également que la part des célibataires mal-logés augmentait sensiblement. L’année 2018 aura aussi été l’année au cours de laquelle le plus grand nombre d’expulsions locatives avec le concours de la force publique auront été réalisées, avec une hausse de 3 % par rapport à 2017 pour un total de 15 993 ménages expulsés. Et en 2019, la France aura enregistré un record de nuitées hôtelières avec quelque 49 733 personnes hébergées chaque nuit en France, ce qui représente une hausse de 7 % par rapport à 2018…Triste constat.

O.D. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée