L'immobilier à La Crau
28 Avr

Les prix des biens en gestion locative à Salon-de-Provence baisseront-ils ?

La mise en place, le 17 mars dernier, des mesures de confinement pour lutter contre l’épidémie de Covid-19 a marqué un coup d’arrêt dans le secteur immobilier, lequel a été contraint d’effectuer un freinage d’urgence : visites physiques de logements repoussées, rendez-vous d’estimation retardés, production de crédits immobiliers ralentie, signatures d’actes retardées…

« Avec la mise en œuvre du confinement pour répondre à la crise du Covid-19, le marché s’est bloqué durant la seconde moitié du mois de mars » fait remarquer Michel Mouillart, porte-parole du baromètre LPI-SeLoger, qui ajoute que « le nombre de compromis signés en mars a été en recul de 50 % par rapport au mois de mars 2019 ». Les transactions accusent ainsi une baisse de 23,5 % au premier trimestre… Alors, dans de telles conditions, doit-on s’attendre à une baisse de prix à l’issue du confinement ? Vous souhaitez investir dans l’immobilier ? Acquérir un bien à placer en gestion locative à Salon-de-Provence ? Faisons le point.

Les prix des logements n’ont reculé que dans 8 % des grandes villes
Loin de reculer, les prix ont en fait augmenté dans de nombreuses villes de plus de 100 000 habitants. Sur l’année, le prix au m² à Villeurbanne affiche ainsi plus de 13 % de progression et la hausse atteint 10,9 % sur un an à Brest ou encore 9,9 % à Annecy. En revanche, à fin mars dernier, la crise du Covid-19 semble n’avoir eu que peu d’effet sur l’évolution, au niveau local, des prix immobiliers, car comme le fait remarquer Michel Mouillart, « alors que la crise paralyse les marchés de transaction, en mars, les prix n’ont reculé que dans 8 % des villes plus de 100 000 habitants et dans 13 % des villes de plus de 50 000 habitants ».

Et il ajoute que « dans la plupart des villes moyennes, les prix ne baissent pas sous l’effet de la crise (du Covid-19, Ndlr) mais en raison d’une atonie de la demande (…) provoquée par un contexte économique peu propice à l’expansion des marchés immobiliers ». Ce sont donc des causes différentes qui produisent des effets identiques.

O.D. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée